Débuter avec Varkon

1. Installer Varkon.

Une solution consiste à utiliser un gestionnaire de dépôts, par exemple Synaptic pour ceux qui sont sous une distribution de type Debian. Une fois l’installation terminée, on démarre le logiciel en tapant varkon dans une fenêtre de terminal. On peut aussi se rendre dans le dossier /usr/bin puis cliquer sur le fichier varkonL’icône de Varkon sur le bureau n’est pas créée automatiquement.

Cette solution ne m’a pas permis d’obtenir la dernière version du logiciel. Je me suis donc rendu sur le site http://sourceforge.net/projects/varkon/ pour télécharger le logiciel, présenté sous la forme d’une archive à décompresser. Ainsi, on est libre de choisir le nom et l’emplacement du dossier d’installation. On démarre le logiciel en cliquant sur le fichier varkon situé dans le dossier dossier_installation/com/english/.

Avec cette deuxième solution, il est possible que Varkon ne démarre pas. Si c’est le cas, lancez le logiciel depuis une fenêtre de terminal, pour obtenir des explications. Ma version de Varkon utilise le fichier « libtiff.so.3 ». Or, le fichier correspondant, installé sur mon système, se nomme « libtiff.so.4 ». Un lien créé en tant que root résout ce problème :

ln -s /usr/lib/libtiff.so.4 /usr/lib/libtiff.so.3

2. Ouvrir et visualiser une pièce.

Avec Varkon, une pièce est modélisée à l’aide d’un ensemble de fichiers, lesquels sont parfois nombreux. Après le démarrage du logiciel, il est demandé de choisir entre deux options :

  • Editer ou créer un « RES-file ».
  • Editer ou créer un module.

im01

Avec Varkon, bien qu’il soit possible de concevoir directement une pièce, on préfère souvent créer des modules servant de base au dessin de la pièce.

Les fichiers portant l’extension .MBO servent à sauvegarder les modules.

Le fichier portant l’extension .RES sert à sauvegarder le résultat.

Nous choisissons donc la première option. Recherchez, dans l’arborescence des dossiers, le fichier avec l’extension .RES, puis validez en cliquant sur le bouton OK.

im02

Vous obtenez alors deux fenêtres :

  • La fenêtre graphique, dans laquelle la pièce est visualisée.
  • La fenêtre de menu.

Une petite habitude à prendre :

  • Le menu est organisé en arborescence.
  • Vous descendez cette arborescence en cliquant sur les fonctions souhaitées, avec le bouton gauche de la souris.
  • Pour remonter l’arborescence, placez le curseur de la souris dans la fenêtre graphique et cliquez.

La fenêtre graphique proposée par défaut est basée sur X11. Elle permet une visualisation des volumes en mode filaire uniquement. Celle basée sur OpenGL est plus agréable à utiliser. En effet, elle permet une visualisation des volumes dans les modes filaire et surfacique. Sélectionnez view / OpenGL window. Une nouvelle fenêtre s’affiche alors. Dans cette nouvelle fenêtre, vous pouvez faire bouger la pièce dans tous les sens, pour la visualiser.

  • Pour faire tourner la pièce : déplacez la souris en appuyant sur le bouton central de la souris.
  • Pour déplacer la pièce : déplacez la souris en appuyant sur le bouton central de la souris et en maintenant la touche CTRL du clavier enfoncée.
  • Pour rapprocher ou éloigner (zoomer sur) la pièce : déplacez la souris en appuyant sur le bouton central de la souris et en maintenant la touche SHIFT du clavier enfoncée.

im03

D’autres fonctions sont disponibles depuis la fenêtre graphique :

bout01 Zoom de la vue selon un cadre
bout02 Zoom au mieux montrant toute la pièce
bout03 Mode filaire
bout04 Mode surfacique
bout05 Définition des paramètres d’une vue
bout06 Gestion des niveaux
bout07 Création d’une image au format .tiff

Plusieurs exemples de projets peuvent être téléchargés sur un site dédié à Varkon : http://www.varkon.org.

3. Dessiner une ligne.

Commençons par quelque chose de simple : une ligne passant par deux points, créée dans un module.

Lancez Varkon, sélectionnez l’option « Edit or create a module » (Éditer ou créer un module) , choisissez votre dossier de sauvegarde. Entrez le nom d’un nouveau projet puis validez.

Dans la fenêtre de menu, sélectionnez create / point / curs / free.

Dans la fenêtre graphique, placez deux points avec la souris.

im11

Dans la fenêtre de menu, sélectionnez create / line / on / two pos.

Dans la fenêtre graphique, cliquez avec la souris sur le premier point puis sur le deuxième. Ici,  » on  » correspond à un mode d’accrochage : Il permet de sélectionner correctement les points. Votre ligne est tracée.

Notez que si vous vous êtes trompé, la fonction  » delete «  permet d’effacer la ligne.

im12

Dans la fenêtre de menu, sélectionnez edit / pen.

Dans la fenêtre graphique, sélectionnez la ligne, validez avec le bouton droit de la souris. Entrez 8 puis validez. La ligne devient rouge foncé.

Dans la fenêtre de menu, sélectionnez edit / linewidth.

Dans la fenêtre graphique, sélectionnez la ligne, validez avec le bouton droit de la souris. Entrez 5 puis validez. La ligne devient plus large.

im13

Dans la fenêtre de menu, sélectionnez MBS. Le code correspondant au module s’affiche alors, dans un éditeur de texte de type vi :

  •  » i «  pour passer en mode insertion.
  •  » Echap «  pour sortir du mode insertion (et retourner au mode commande).
  •  » w  » puis Entrée pour sauvegarder.

im14

Modifiez ce code en remplaçant PEN=8 par PEN=3.

En fermant cette fenêtre dans laquelle s’affiche le code, le dessin est automatiquement modifié et la ligne devient bleu clair.

Sélectionnez file / save/exit.

Vous constatez que trois fichiers ont été créés dans votre dossier de sauvegarde :

  • L’un avec l’extension .MBO, pour le module.
  • Un autre avec l’extension .RES, pour le dessin.
  • Le dernier avec l’extension .JOB, un projet étant, avec Varkon, constitué de différents travaux.

4. Dessiner une forme de révolution.

Abordons maintenant quelque chose de plus évolué : une forme de révolution.Comme précédemment, lancez Varkon, sélectionnez l’option  » Edit or create a module « . Choisissez votre dossier de sauvegarde. Entrez le nom d’un nouveau projet puis validez.

Commençons par définir la couleur de notre surface :

Cliquez sur  » PEN 1  » dans le menu, entrez 6 comme nouvelle valeur puis valider.

im31

Nous allons créer cinq points :

  • deux pour définir l’axe de révolution
  • et trois pour le profil. Plutôt que de cliquer au hasard avec la souris, nous allons entrer les coordonnées des points, en sélectionnant create / point / abs / free dans le menu.

Pour l’axe de révolution, créez deux points de coordonnées respectives : (0; 0; 0) et (10; -10; 0).

Pour le profil, créez les points de coordonnées : (20; 0; 0), (20; 10; 0) et (10; 20; 0).

im32

Rejoignez les points qui servent au profil avec des lignes, pour obtenir :

im33

Sélectionnez create / surface / rotational et laissez-vous guider par les instructions données (en anglais).

Sélectionnez une ligne à faire tourner, le premier point de l’axe de rotation ( » on  » pour le mode d’accrochage), puis le deuxième, l’angle de départ (0°), l’angle d’arrivé (360°).

Recommencez avec l’autre ligne.

Une visualisation, dans une fenêtre graphique basée sur OpenGL, donne le résultat :

im34

Conclusions.

Plusieurs sites sur Varkon, rédigés par différents auteurs, sont disponibles sur internet. Par exemple, le site http://varkon.sourceforge.net/man.htm donne différentes sources d’informations. Elles apportent un complément à la documentation détaillée fournie avec le logiciel.

Varkon s’appuie sur un langage sophistiqué qu’il est préférable de connaître pour utiliser pleinement le logiciel. Son étude est laborieuse. Mais il permet de réaliser des choses qu’il serait difficile d’obtenir avec d’autres modeleurs volumiques. L’arbre présenté dans l’introduction, qui est une fractale, en est un bel exemple.

La présentation de Varkon, faite de gris, de noir et de blanc, est un peu tristounette. Son design est très austère et toujours très « années ’80 ». Elle mérite d’être égayée, avec des couleurs plus vives et plus variées. L’éditeur de texte intégré au logiciel, de type vi, mérite également d’être modernisé.

Mais ces critiques n’altèrent en rien les performances du logiciel !


Quelques liens utiles :

Le site de Varkon.

Un exemple concret de travail sur la géométrie des surfaces.

Le guide complet du logiciel Varkon.

Pour les pros de la 3D : les NURBS dans Varkon.

C’est quoi des Nurbs ?

Et pour ceux qui souhaiteraient contribuer, le code source.


Auteur : Eric Leydet (03/12/2010).

Relecteur : Guy Wallon (13/12/2010).

builtinColors = (False, "Builtin colors", 
{
'Black': ColorVector([0x00, 0x00, 0x00]),
'Blue': ColorVector([0x00, 0x00, 0xFF]),
'Green': ColorVector([0x00, 0xFF, 0x00]),
'Cyan': ColorVector([0x00, 0xFF, 0xFF]),
'Ubuntu Brown': ColorVector((0xBC, 0x79, 0x4F)),
'Debian Red': ColorVector((0xD7, 0x07, 0x51)),
'Red': ColorVector([0xFF, 0x00, 0x00]),
'Magenta': ColorVector([0xFF, 0x00, 0xFF]),
'Yellow': ColorVector([0xFF, 0xFF, 0x00]),
'White': ColorVector([0xFF, 0xFF, 0xFF])
}
)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *