Comparatif GIMP / Photoshop – 7/7

Dénouement ? Pas vraiment, nous savions dès le début que les deux logiciels (GIMP et Photoshop) ont chacun des points forts et des points faibles. Au final, aucun des deux n’est le meilleur, une telle appréciation ne pouvant être que personnelle.

Cela dit, nous avons, depuis longtemps, fait le choix de GIMP, parce qu’il est libre et ne vous contraint pas, mais aussi parce qu’il est efficace et permet un travail de qualité professionnelle. Pour toutes ces raisons Libres à vous Scop (mon activité professionnelle) propose des formations à la retouche d’images et de photos avec GIMP initiation et perfectionnement.

Retrouvez les épisodes précédents : 1, 2, 3, 4, 5 et 6.

Nous tenons à remercier Steve Czajka pour l’article original qui ouvre bien des perspectives et plus globalement pour GIMP Magazine.

Table des matières

Renforcer la netteté

Photoshop GIMP Avantage
Filtre Netteté optimisée
http://download.tuxfamily.org/linuxgraphic/wp//2013/07/gimpvsps_img-023-060.png
NdT : à noter l’outil Netteté (via Goutte d’eau) pour une action localisée.
Filtres / Amélioration / Renforcer la netteté
http://download.tuxfamily.org/linuxgraphic/wp//2013/07/gimpvsps_img-023-061.png
NdT : à noter l’outil Flou et Netteté pour une action localisée.
Photoshop

Effets d’éclairage

Photoshop GIMP Avantage
img-023-062.png
img-023-063.png
Les effets d’éclairage sont plus évolués. On peut ajouter jusqu’à six sources de lumière en une seule opération.
On y trouve les mêmes types de lumière et d’intensité que dans Photoshop mais avec une approche tri-dimensionnelle et des réglages de matériau et de surfaces plus poussés. Les deux outils sont proches, mais l’avantage va à GIMP.
GIMP

Ombre

Photoshop GIMP Avantage
Cela se fait via la boîte de dialogue Style des calques avec une grande efficacité.
Via le filtre Filtres / Ombres et lumière / Ombre portée, mais l’interface pourrait être enrichie.
http://download.tuxfamily.org/linuxgraphic/wp//2013/07/gimpvsps_img-023-064.png
Photoshop

Texte

Photoshop GIMP Avantage
Barre de réglage des options
http://download.tuxfamily.org/linuxgraphic/wp//2013/07/gimpvsps_img-023-065.png
Onglet réglage des caractères
http://download.tuxfamily.org/linuxgraphic/wp//2013/07/gimpvsps_img-024-067.png
Onglet réglage des paragraphes
http://download.tuxfamily.org/linuxgraphic/wp//2013/07/gimpvsps_img-024-068.png
La saisie de texte dans Photoshop est nettement supérieure sur tous les plans. Les réglages basiques peuvent être réalisés soit par la barre des options, soit par l’onglet des caractères. Les réglages de paragraphe permettent également un travail précis.
Les paramètres de caractères sont plus complets que dans GIMP.
Il est possible de faire couler un texte le long d’un chemin tout en maintenant les propriétés de texte.
Les effets de texte sont également supportés.
Bravo à l’équipe de Photoshop, beau travail !
GIMP 2.8 montre une avancée significative dans la saisie de texte. L’équipe de GIMP mérite des lauriers.
http://download.tuxfamily.org/linuxgraphic/wp//2013/07/gimpvsps_img-023-066.png
Malgré cela, les fonctionnalités proposée sont encore très en deça de ce que propose Photoshop.
Il est possible de couler un texte le long d’un chemin, mais les propriétés de texte sont perdues (NdT : en fait, le texte est transformé en un chemin).
Les effets de texte sont absents, même si l’on peut utiliser le filtre Déformation interactive comme un pis-aller.
Note de la relectrice : je pense que pratiquer le développement partagé pourrait révolutionner les possibilités textuelles. Je me souviens qu’en 1997 CorelDraw et Photo-Paint disposaient d’exceptionnels outils texte depuis dix ans. Cet atout venait du fait qu’une même entreprise partageait le code entre les deux logiciels.
Les équipes de GIMP et d’Inkscape pourraient se rapprocher afin de partager le code des outils texte, par exemple. En effet, la manipulation de texte dans Inkscape est exceptionnelle.
NdT : ce défaut de GIMP n’est finalement pas si pénalisant, puisque Inkscape le comble admirablement. Je conseille toujours à mes élèves d’utiliser Inkscape pour réaliser des effets de texte et Scribus pour faire de la mise en page. Chaque logiciel a son domaine de prédilection dans lequel il est bon : GIMP est un logiciel de retouche d’image, pas un logiciel de dessin vectoriel ni de mise en page. Pourquoi pas améliorer les capacités textuelles de GIMP ? Cela permettrait de n’utiliser (et n’apprendre) qu’un seul outil. Mais je ne vois pas cela comme une priorité pour GIMP.
Photoshop

Texte en tant que masque de découpe

Photoshop GIMP Avantage
Cela fonctionne parfaitement, sans altération du calque.
Dans GIMP vous devez convertir le texte en chemin puis en sélection enfin en masque. Cependant, c’est un processus destructif.
NdT : en effet, cette méthode perd les propriétés de texte. Mais en voici une autre (un peu tirée par les cheveux, j’en conviens) :
– ouvrez une photo et ajoutez un canal alpha au calque ;
– saisissez votre texte, réglez la police, la taille, la graisse, etc. la couleur doit être blanche ;
– placez le calque de texte sous le calque de la photo ;
– passez le calque de la photo en mode Multiplier ;
– votre calque de texte est intact !
Photoshop

Impression

Photoshop GIMP Avantage
Facile à utiliser et intuitif.
http://download.tuxfamily.org/linuxgraphic/wp//2013/07/gimpvsps_img-024-069.png
J’ai trouvé cette fonction un peu limitée. Des améliorations pourraient être apportées. Ce que vous voyez en aperçu n’est pas ce que vous obtenez en sortie.
http://download.tuxfamily.org/linuxgraphic/wp//2013/07/gimpvsps_img-024-070.png
NdT : l’impression se faisant en CMJN et GIMP ne gérant pas ce modèle colorimétrique, le résultat peut, en effet, être surprenant. En attendant la version 3 de GIMP qui devrait gérer le CMJN, il y a moyen, en utilisant un profil ICC, d’avoir un meilleur aperçu de l’impression (Édition / Préférences / Gestion des couleurs, activez le mode Simulation d’impression).
Photoshop

Enregistrer pour le Web

Photoshop GIMP Avantage
Photoshop affiche simultanément pour comparaison l’original en haut avec au moins deux exemplaires à des taux de compression plus élevés.
http://download.tuxfamily.org/linuxgraphic/wp//2013/07/gimpvsps_img-025-071.png
Vous devez passer par Fichier / Exporter. Chaque type de fichier dispose de ses réglages avancés. Mais il n’existe rien de comparable à ce que propose Photoshop.
NdT : l’extension Save for Web ajoute le menu Fichier / Enregistrer pour le Web et propose une interface très pratique où l’on peut réduire les dimensions, augmenter la compression et le flou avec un rendu en temps réel. Mais aucune comparaison avec l’original.
Photoshop

Export de l’espace de travail

Pour produire une galerie d’images en HTML.

Photoshop GIMP Avantage
Photoshop propose cette superbe fonction permettant d’exporter une collection d’images sous la forme d’une galerie prédéfinie (mais configurable) pour montrer vos créations à vos clients.
Je me souviens que GIMP dispose de certaines extensions capables de réaliser cela, mais rien d’aussi élégant ni fourni par défaut.
Photoshop

Vérification colorimétrique

Photoshop GIMP Avantage
Photoshop propose une vérification logicielle via Informations sur l’image / Couleurs d’épreuve. Cela permet d’afficher à l’écran ce que vous obtiendrez en sortie impression en CMJN, par exemple. Lors d’une conversion, les couleurs sont ajustées et vous pouvez constater ou tester l’étendue de ces ajustements, les changer, convertir à nouveau jusqu’à ce que vous soyez satisfait du résultat.
La bonne méthode consiste à travailler le plus longtemps possible en RVB, puis, en toute dernière étape, convertir en CMJN, vérifier, ajuster et finaliser pour impression à grande échelle.
Je n’ai pas connaissance d’une quelconque fonction de vérification dans GIMP. C’est une opportunité d’évolution, mais est-ce vraiment nécessaire vu le peu d’utilisateurs pratiquant l’impression à grande échelle.
Photoshop
Photoshop GIMP Avantage
Photoshop dispose d’un moteur robuste pour l’animation. La ligne de temps est très fonctionnelle.
GIMP dispose également de fonctions d’animation en natif, ainsi que du module GAP (GIMP Animation Plugin) pour une pratique avancée.
Photoshop

GIMP Magazine propose des cours en ligne et en anglais sur GIMP, Inkscape et Scribus.

Dimitri Robert, traducteur de cet article, est formateur pour l’organisme de formations Libres à vous Scop notamment sur GIMP, Inkscape et Scribus et auteur du livre GIMP 2.8, débuter en retouche photo et graphisme libre.

12 réflexions au sujet de « Comparatif GIMP / Photoshop – 7/7 »

  1. Fort intéressant.
    Il y a là des arguments pour nuancer les propos excessifs qui se répètent à l’envi comme quoi Gimp est l’équivalent de Photoshop.
    J’ai cru comprendre que ce dernier l’emporte sur Gimp dans bien des domaines. Et cependant je n’utilise que Gimp : c’est donc que ses points faibles ne m’indisposent pas tant que ça

  2. Ce comparatif est très intéressant, c’est un gros et beau travail ; merci aussi pour la traduction.
    Une comparaison avec Corel Photopaint ‘bien moins onéreux que Photoshop) serait également intéressante.
    Les logiciels de traitement d’images comportent une multitude de possibilités, parfois redondantes, l’on peut souvent arriver au même résultat par plusieurs chemins très différents. Le plus difficile étant de trouver les bonnes commandes quand on en a besoin. Dans ce domaine, Photoshop est horripilant, car les menus sont bouleversés à chaque changement de version et il faut un bon moment avant de retrouver ses repères, et que vont donner les mises à jour avec la nouvelle politique de « location » ? Il est remarquable de constater que nombre d’utilisateurs professionnels passent un bon nombre de versions avant de mettre à jour leur Photoshop ; il est préférable d’utiliser un logiciel que l’on connait parfaitement dans ses moindres recoins plutôt que d’essayer de bénéficier de nouveautés dont on n’a pas forcément besoin.
    GIMP possède de réels potentiels, mais aussi quelques manques rédhibitoires dont la profondeur d’image limitée à 8 bits ( jetez un œil sur l’histogramme en fin de traitement…), le traitement des fichiers RAWs, mais aussi la lenteur : lors de modification sur une courbe, avec Photoshop (CS2), la visualisation est instantanée, sous GIMP, ça lague, insupportable dès lors que l’on travaille un peu sérieusement.

  3. GIMP n’étant pas en pleine maturité, je suis heureux de constater, à la lecture de ce comparatif, qu’il a néanmoins de sérieux arguments à faire valoir.
    Je pense qu’à la sortie de la version 3 une bonne partie des lacunes sera comblée.

  4. merci de nous laisser la possibilité d’émettre un avis, d’abord je dois apprendre a faire fonctionner GIMP ou Gimp donc je suis mal placé pour un commentaire une comparaison entre le Photoshop élément et Gimp serait bien. Comment apprendre Gimp ! le Photoshop élément a toute une littérature ainsi qu’un CD. l’inconvénient c’est qu’une Famille ne peut l’installer sur plusieurs ordinateurs Gimp est gratuit par internet il faut bien qu’avec l’abonnement internet il y ai des logiciels gratuits ! Je lierai vos Gimpfr actualités. cordialement. Nice 6 11 2013

  5. Bonsoir j’ai téléchargé le logiciel Gimp 2.8.4 par l’intermédiaire de mon fils, en espérant que le logiciel fonctionne bien, j’ai commandé par un libraire le livre Gimp 2.8. de Dimitri Robert maintenant j’attends le livre pour pratiquer des exercices il ne faut pas trop lire d’information parce que je ne peux pas intervenir si un logiciel a un problème surtout si il n’est pas écrit en Français. Chacun selon son rythme comme la marche en montagne. cordialement.

  6. impossible de se connecter a Gimp attitude :nom ,mot de passe, et le reste. faite-le pour nous. merci. J’ai reçu le livre Gimp 2.8.4 maintenant je l’utiliserai. Le livre et le logiciel. Le livre est bien et tellement mieux en couleur. c’était juste a l’ordi netbook a exporter liste déroulante jpeg, exporter, est trop bas pas visible a l’écran de l’ordi 10 pouces.

  7. Curieux comme recommandation finale car en lisant votre comparatif Photoshop semble avantagé sur pratiquement toute la ligne. Reste la question du prix car à ce niveau, Gimp est imparable.

  8. Bonjour à tous,
    J’ai suivi avec beaucoup d’intérêt ce comparatif très bien monté au demeurant ;-). Comme tout le monde, j’assiste depuis des années aux joutes verbales Trolliques concernant Gimp et Photoshop. Ce dernier est incontestablement meilleur mais comment pourrait-il en être autrement? Des ingénieurs, des devs, des analystes payés pour ce travail veillent à « justifier » le prix de la licence. En dehors de toute considération Ouiouiiste concernant le l’aspect libre de Gimp (ouiouiiste dont je fais parti hein! 😉 ), il ne faut pas perdre de vue une chose essentielle: une licence de Psp au catalogue vaut 1000$!!! Manquerait plus que le logiciel ne soit pas à la hauteur!? Si l’on rajoute à cela le prix des maj, cela frôle la folie pour un utilisateur non professionnel, même si il est exigeant! Sérieusement, parmi les gens que vous savez utiliser psp, combien ont d’une part acheté la licence et combien ont vraiment besoin d’une telle usine à gaz. La popularité de psp n’est pas tant due à ses qualités. Le marketing et ses sirènes font qu’il est difficile d’y échapper. Pourtant lorsque l’on se penche un peu sur Gimp et qu’on l’utilise régulièrement, qui plus est quand on l’oppose à nos besoins, on se dit que l’on est encore bien loin d’en atteindre les limites! Qu’en serait-il de la réputation de Gimp si il était proposé en oem avec tout pc Windows vendu? Sans doute jouirait-il d’une bonne popularité et amènerait à faire penser aux utilisateurs que psp n’est pas du tout ergonomique…

    Ce test montre bien que Gimp est plus que largement à même de répondre aux besoins des plus nombreux en alliant puissance, souplesse et modularité! Si il est vrai que psp doit aussi son succès à sa documentation riche et énormément diffusée, Gimp reçoit l’appui d’une grande et belle communauté. J’essaye de mon coté d’apporter ma contribution en ayant créé une chaine Youtube dans laquelle je propose des tutos sur les logiciels libres axés photo :
    https://www.youtube.com/user/carafife/featured?view_as=public

    De manière plus générale, de tels tests et des tels raisonnements sont aussi valables pour des tas de logiciels (lightroom/Darktable ou Rawtherapee). l’avenir du libre passera par une réelle introspection des utilisateurs de logiciels qui passeront plus massivement au libre le jour ou ils mettront en adéquation leurs besoins et les logiciels capables de les assouvir. La récompense étant bien sûr la gratuité, la liberté de les installer sur de nombreuse plate-formes, d’en équiper leur association ou leur famille entière et ce, en toute légalité!

    De mon coté, je poursuis le combat! ;-))

  9. Un grand merci pour cet énorme travail d’analyse qui me semble très correct. Je ne suis qu’un amateur passionné de photographie et je ne pense pas vraiment avoir besoin de tous ces points. Il y a 3 ans je suis passé de Photoshop à Gimp pour raison de budget vraiment trop élevé chez adobe et pratiquement je ne me sens pas limité sauf pour le traitement de fichier Raw, C’est pour moi l’attente primordiale ! Je n’ai jamais réussi à intégrer correctement UFRAW à Gimp suite à des galères de DLL manquantes à rallonge. J’utilise l’extraction raw du logiciel de l’APN mais ce n’est pas satisfaisant

  10. l’apprentissage des logiciels Gimp inclus devraient être appris à l’école ou l’université les élèves sont chargés en travail plus de 35heures par semaine et trajet au frais des parents, le monde du travail ne reconnaissant que les salariés comme travailleurs on ne peut trop exiger d’eux. en décembre 2013 j’apprends Gimp 2.8.4 merci.

  11. Ping : Dimitri Robert, un graphiste adepte des logiciels libres par @pscoffoni - Philippe Scoffoni

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *